A nouveau, Westminster s’est heurté au paradoxe originel du Brexit : l’avenir des relations entre le UK et l’Europe n’a jamais fait l’objet de discussion et encore moins de consensus au parlement. Le même processus se répète donc encore et encore : poussés à se prononcer systématiquement dans l’urgence, les députés préfèrent l’évitement face à l’obstacle. Ainsi, après 3 années et demie écoulées depuis le referendum, 2 extensions, 7 défections, et 21 expulsions ; la signature de l’accord de sortie n’a pas progressé d’un iota. L’échec de ce Week-end n’est pas le dernier, de même qu’il est invraisemblable que le parlement accepte aujourd’hui une procédure accélérée de votes des lois, devant accompagner le « deal ». La date du 31 Octobre n’est dans ces conditions évidemment plus tenable, pas plus que la fin de l’année.

Pour plus d’analyses, suivez-nous sur les réseaux:

Linkedin: https://www.linkedin.com/company/sunn…

Twitter: https://twitter.com/Sunny_AM_Paris

Etienne de Marsac – Head of Absolute Return Strategies – https://twitter.com/etiennedemarsac

Jonathan Rejaud – Global Macro Analyst – https://twitter.com/jonathan_rejaud